Editorial de L'ancien d'Algérie (Décembre 2014)

Anciens dalgerie dec 2014

« Ils  ont  des  droits  sur  nous »

Guy Darmanin, Président national de la FNACA

 

Par cette phrase, Georges Clemenceau inaugure une politique morale du respect du combattant et du mutilé.

C’est la raison pour laquelle notre réaction a été immédiate, lorsque nous avons pris connaissance, avec stupéfaction, du contenu du rapport d’information sur la dépense fiscale en faveur des anciens combattants, rapport fait par M. Philippe Marini, au nom de la commission des finances du Sénat.

Nous avons adressé une lettre de protestation aux 577 députés et 348 sénateurs leur demandant d’intervenir, afin que ce rapport ne soit pas suivi d’effet. Fort heureusement pour les anciens combattants, les victimes de guerre et les veuves, l’ancien secrétaire d’Etat, M. Kader Arif nous avait fait savoir qu’il ne tiendrait pas compte de ce rapport, mais restons vigilants.

L’année 2014 restera l’année du 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale et du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie.

Pour le 100e anniversaire du début de la guerre de 1914-1918, nombreuses ont été les commémorations à l’initiative de la Direction de la Mémoire du Patrimoine et des Archives (DMPA), de notre secrétariat d’Etat, de l’Office National et de ses services départementaux.

Il en a été de même le 6 juin 2014 pour le 70e anniversaire du Débarquement des Alliés qui a ouvert la voie à la Libération de notre pays.

Nous avons un devoir de reconnaissance à l’égard de tous ces pays alliés, mais nous avons aussi un devoir de Mémoire, de transmission de notre Mémoire collective aux jeunes générations. Participer aux cérémonies commémoratives est un devoir. Pour notre génération, participer aux cérémonies, organisées le 19 mars par référence au 19 Mars 1962, jour du Cessez-le-feu officiel de la guerre d’Algérie, c’est rendre hommage aux 30 000 Français morts, pour la plupart à l’âge de 20 ans, en Algérie, Maroc et Tunisie, rendre hommage aux victimes civiles de cette guerre et des conflits d’Afrique du Nord.

Comme tous les ans, à pareille époque, nous sommes en possession du Projet de Loi des Finances pour l’année 2015 et faisons en sorte de l’analyser avec objectivité. C’est ce que nous avons fait à l’occasion du Conseil parlementaire de la FNACA le mardi 7 octobre dernier, au cours duquel sénateurs et députés de notre Conseil parlementaire et membres du Secrétariat national de la FNACA ont pu, sur l’analyse réalisée par Michel Huet, secrétaire national en charge des questions juridiques, en tirer tous les enseignements.

Dans l’éditorial qui précède le projet de budget des anciens combattants, notre secrétaire d’Etat a indiqué et je le cite : « Ce Projet de Loi des Finances a été construit de manière à ce que tous les acquis sociaux et avantages fiscaux soient maintenus ».

C’est, il faut le dire, la réponse au rapport de M. Philippe Marini.

Certes, force est de constater, comme tous les ans, une diminution de l’ordre de 5,78% de notre budget, dû en grande partie à la disparition des ressortissants. Par contre, certaines mesures comprises dans le projet de budget 2015, favorables aux anciens combattants et aux veuves, sont dignes d’intérêt :

  • La revalorisation de 2 centimes du point des PMI.
  • La nouvelle augmentation de l’aide différentielle en faveur des conjoints survivants, dont notre secrétaire d’Etat a porté le plafond au niveau du seuil de pauvreté européen, soit 987 euros. Bien sûr, nous demandons à ce que cette aide différentielle soit étendue aux anciens combattants.
  • Nous apprécions la majoration de 50 points au 1er janvier 2015 et de 50 points au 1er janvier 2016 en faveur des veuves des Grands Invalides de Guerre, qui ont dû cesser ou réduire leur activité professionnelle pour prodiguer des soins à leur conjoint invalide, la durée de vie avec le conjoint étant ramenée de 15 à 10 ans.
  • Dans ce projet de budget, on peut aussi noter une augmentation sensible de l’allocation de reconnaissance en faveur des harkis.
    • L’attribution de la Carte du Combattant aux OPEX avec le critère des quatre mois.
    • D’autres dossiers restent en attente de solution, telle la révision totale du décret sur la campagne double ; dans l’attente aussi, une nouvelle règlementation concernant les conséquences des essais nucléaires français et l’attribution de la Médaille Militaire à tout titulaire d’une citation portant attribution de la Valeur Militaire. Supprimer ce contingent restrictif.
    • On peut considérer que notre budget 2015 nous apporte des satisfactions.

Pour vous-même et toutes celles et tous ceux qui vous sont chers, je vous souhaite une bonne et heureuse année 2015.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site